Timeless

Bien le bonjour, aujourd’hui je vous propose de remonter le temps et d’aller en 1933. René Lacoste (le crocodile) révolutionne le monde naissant du sportswear en créant l’emblématique polo L.12.12.

Pour sa nouvelle campagne « Timeless », Lacoste et BETC Paris ont souhaité mettre à l’honneur l’intemporalité du polo au crocodile. Pendant 45 secondes, un homme va se lancer dans une quête effrénée à la recherche de l’amour traversant les wagons et les époques.

Une poursuite qui se joue sur neuf décennies rappelant que la vision de la marque est intemporelle : “life is a beautiful sport since 1933”. Déployée mondialement en télévision, digital et affichage, cette campagne permet à Lacoste de montrer une nouvelle fois sa capacité à transcender des sentiments universels à travers ses produits.

La bonne paye

Bien le bonjour et bon début de semaine ! Bic a collaboré avec l’agence Friendship pour ouvrir des magasins éphémères Bic à Anvers et à Amsterdam où vous devez payer grâce à votre créativité.

Grâce à de faux billets en papier vierge où chaque personne peut laisser libre cours à sa créativité pour dessiner dessus. Avec ces billets personnalisés, vous pouvez vous procurer des coques pour téléphone, des décorations d’intérieur, des jouets… quand je vous dis qu’avec de la créativité on peut obtenir beaucoup de choses 🙂

What if you can pay with creativity? from Bart Verschueren on Vimeo.

Tree is free

Séoul en Corée du Sud, le studio MVRDV en collaboration avec le paysagiste Ben Kuipers a donné une nouvelle vie à une portion d’autoroute datant des années 70. Abandonnée et promise à la démolition depuis 10 ans, cette bretelle longue d’un kilomètre et située à 17 mètres de hauteur propose maintenant aux habitants une promenade végétale composée de 24 000 plantations.

Arbres, arbustes, plantes, fleurs, le parcours devrait aussi servir de «pépinière urbaine» avec des plantes et des arbres destinés à être transplantés dans d’autres districts. Le Skygarden Seoul est une véritable bouffée d’air frais dans une urbanisation croissante, le résultat peut être impressionnant.

Ça part en live

Bonjour bonjour : il y a 3 mois, Orange s’offrait un nouvelle vision de sa communication avec « Regard croisés ». Pour continuer à promouvoir ce nouveau territoire d’expression, Orange et Publicis Conseil dévoilent deux nouveaux spot axés cette fois-ci sur les soirées, avec du football et un concert à l’honneur.

Des soirées auxquels tout le monde ne peut se joindre, que ce soit pour cause de bus en retard ou de conjoint.e récalcitrant.e. Mais fort heureusement, il existe la 4G et la fibre d’Orange pour profiter de ces événements en direct. Avec ces 2 nouveaux spots, la marque se place comme le partenaire des moments de divertissement les plus “live” de nos vies. L’opérateur faisant au passage la démonstration de la très grande flexibilité de son offre.

Tu l’as dans le Baba

Désolé ce matin je livre mon article quotidien en retard….Régulièrement à la recherche du buzz car vous le savez « que l’on parle de moi en bien ou en mal, l’important c’est que l’on parle de moi », l’émission TPMP est encore une nouvelle fois au coeur de la polémique. Je ne suis pas gay et de ce fait ne prétend pas comprendre comment les différents sketchs parodiant les homosexuel(les) peuvent atteindre les personnes qui assument leur orientation sexuelle.

Cependant pour avoir vu le replay du sketch incriminé et même si ce dernier est maladroit, loupé et pas drôle (et oui il faut le dire) je trouve que cette histoire enflamme un peu trop tout le monde et que cela prend des proportions excessives. Mais comme tout est histoire d’image, de séduction auprès de la cible, quand il y a Bad Buzz les marques manquent de s’étrangler et se doivent de réagir plus que rapidement.

C’est le cas avec les marques diffusant des spots publicitaires pendant l’émission ou alors les marques sponsors de TPMP qui ont majoritairement décidées de ne plus passer de pub pendant le créneau de l’émission. Voyons voir de qui il s’agit…

Petit Navire a décidé de ne plus être sponsor de TPMP, en raison de «la polémique actuelle» liée au canular. La marque alimentaire était sponsor de l’émission du 18 mai, lors de laquelle a eu lieu le canular.

«Petit Navire tient à préciser qu’il ne cautionne en aucun cas tout propos discriminatoire ou humiliant. Dans ce contexte, la marque a stoppé sa campagne actuelle de sponsoring de l’émission.»

La marque d’électroménager Bosch annonce également qu’elle ne souhaite plus être associée à l’animateur et qu’elle retire immédiatement toutes les pubs qui devaient accompagner le programme. Pendant l’émission de jeudi, Bosch a diffusé deux publicités pour ses aspirateurs et ses cafetières Tassimo.

«Bosch ne cautionne pas ce qui est passé et les propos qui ont été tenus. La marque a décidé d’arrêter la publicité digitale et télé en cours et à venir pour cette émission», a déclaré une porte-parole du groupe allemand.

De son côté, Chanel va cesser toute collaboration, «regrettant d’être associée à cette polémique» et à «ce type de dérapage».

«Nous avons ainsi demandé à notre agence de bien veiller à ce que nous ne soyons plus présents dans cette émission et nous renforcerons notre vigilance afin que nos consignes en matière d’achat d’espace soient respectées», déclare un porte-parole par mail.

Voici une liste (qui continue de s’agrandir) de marques qui ont rejoint les premières :

  • Disneyland Paris : le parc annonce qu’il «ne souhaite plus diffuser [ses] publicités durant cette émission, qui va à l’encontre de [ses] valeurs».
  • Decathlon a répondu qu’elle retirait aussi ses publicités de l’émission
  • Le groupe automobile PSA, Peugeot, Citroën et DS «suspendent leurs investissements publicitaires sur ce créneau horaire».
  • La chaîne de restauration Flunch a également tweeté qu’elle ne diffusait «désormais plus de spots TV sur C8 sur ce créneau».
  • Orange, qui a tweeté hier dans la soirée que, «conformément [à ses] valeurs», l’entreprise suspendait ses publicités sur le créneau de TPMP.
  • Thomson qui indiquait suspendre «toute campagne de sponsoring de l’émission»
  • Bouygues Immobilier a rejoint ce matin la liste des marques qui ne veulent plus voir leurs publicités pendant TPMP.
  • Guerlain
  • Pringles

Une soixantaine de marques avaient diffusé des publicités dans l’émission mise en cause jeudi. A peu près un quart de ces marques a annoncé qu’elles se retiraient. D’autres y réfléchissent.

LU et EasyJet réfléchissent à arrêter de diffuser des spots pendant l’émission. LU a diffusé un spot lors de l’émission du jeudi, mais la marque était également sponsor à part entière de l’émission du lendemain, pendant laquelle Cyril Hanouna est revenu sur la polémique. La marque «désapprouve» le canular et envisage de boycotter l’émission d’Hanouna à l’avenir:

«Concernant l’émission de jeudi dernier, clairement nous désapprouvons ce canular réalisé par Cyril Hanouna. Ces propos vont à l’encontre des valeurs d’ouverture, de respect et de non-discrimination qui sont clefs dans notre entreprise. Cela nous amènera certainement à revoir nos futures décisions de plan média.»
Même son de cloche du coté d’easyJet.

Voici la réaction d’EasyJet

«Suite à des commentaires négatifs autour d’une émission diffusée sur la chaîne easyJet étudiera la possibilité de communiquer de nouveau sur cette chaîne». EasyJet assure qu’elle «condamne tout propos discriminatoire et n’a aucun contrôle sur le contenu éditorial des programmes»

Philippe Chancellier, le directeur d’OPM, qui organise la communication de Sodastream en France, rappelle que l’annonceur «ne connaît pas à l’avance les sujets qui vont être diffusés». Le contrat de sponsoring ira donc jusqu’à sa fin, prévue le 27 mai.

«On ne choisit pas l’émission en fonction des éventuelles polémiques qu’elle peut provoquer ou non, mais en fonction de l’audience et de la clientèle qu’on veut toucher. On s’associe à une émission qui fait beaucoup d’audience.»

Philippe Chancellier dit ne pas craindre que la marque soit associée à TPMP: selon lui, «ça n’impacte pas l’image de la marque». Questionné sur la possibilité pour son entreprise de s’associer à nouveau à l’émission, il répond:

«C’est un peu tôt pour prendre ce type de décision, on va analyser, on va regarder, pour le moment on n’a pas prévu de refaire du sponsoring avec des émissions.»

La séquence a choqué de nombreux téléspectateurs, qui ont signalé la séquence en masse au CSA, qui comptabilisait ce lundi plus de 20.000 signalements, selon l’AFP. Plusieurs associations LGBT ont également dénoncé l’homophobie de ce canular, comme de nombreux internautes qui ont expliqué pourquoi la séquence les avait blessés.

 

Petit escargot porte sur son dos

La guerre des smartphones fait rage sur un marché toujours plus important. Toutes les marques essayent de prouver leurs avantages concurrentiels et beaucoup jouent sur la longévité de leurs batteries. Et certaines ne manquent pas d’idées pour le faire savoir !

Comment promouvoir la longévité de la batterie d’un téléphone ? Hmmm… Et si on faisait une course d’escargots ? Voilà, c’est un peu la discussion que les créatifs de l’agence Ingenia (Pérou) ont pu avoir avant de proposer l’idée à leur client Huawei. Et ils l’ont fait ! Après tout c’est pas idiot : quoi de plus lent qu’un escargot ? Et quoi de plus efficace que de filmer une course d’escargots qui sera diffusée sur les réseaux sociaux, sans même brancher le smartphone ?

L’agence a donc réalisé une petite piste de course avec 4 couloirs de couleurs différentes. Un juge (une main) était quand même présent sur la piste pour recadrer les pauvres escargots qui essayaient de grimper sur les parois. Une course « palpitante » qui a duré 2 heures tout de même et qui a été diffusée sur le Facebook de Huawei Pérou avec des retombées impressionnantes.

Les spectateurs de la course avaient la possibilité de pronostiquer leurs favoris. Au total, plus de 10 000 personnes se sont prêtées au jeu générant plus de 59 000 interactions (likes, partages et commentaires) pour plus de 3 millions d’internautes touchés par l’opération. Des résultats plutôt chouettes pour une opération assez facile à mettre en place et à animer.

Do you remember ?

Pour bien terminer la semaine, je vous propose aujourd’hui un BadBuzz pas si évident que cela en fait. Voici la dernière création de McDonald’s au Royaume-Uni. Cette dernière met en scène un jeune garçon qui pose de nombreuses questions à sa mère pour en savoir plus sur son père qu’il semble ne jamais avoir connu.

Tout en parcourant la ville, sa mère vante les mérites de son défunt mari avant de se retrouver dans un restaurant McDonald’s. Le garçon choisit un hamburger qui, précise sa maman comme pour enfoncer le clou, était le sandwich préféré de son père. À noter qu’il n’est jamais précisé dans la pub que le père en question est décédé, mais il ne faut pas non plus être scénariste à Hollywood pour le comprendre. À force de trop vouloir jouer sur les émotions, McDonald’s s’est glissée dans un piège qui s’est refermé sur elle même.

Et les internautes n’ont pas manqué de fustiger la marque sur les réseaux sociaux qui, et c’est plutôt courageux, n’a pas souhaité la supprimer certainement par peur du fameux effet Streisand dont le grand public est friand. McDonald’s s’est évidemment excusé dans un communiqué du message qui était retenu de sa publicité qui, on peut l’imaginer, n’était surement pas volontaire.

Pour ma part, je ne vois pas où sont le manque de respect, le fail ou la surexposition des sentiments. Ce spot est touchant et simple mettant en avant Mcdo : à la fois un lien social et un point commun entre le fils et le père certainement décédé…D’où mon accroche « un BadBuzz pas si évident que cela en fait »…