Au delà du réel

Bien le bonjour les amours 🙂 Prêts pour le constat de ce mercredi ? Nos vies sont devenues numériques. (Ça vous la coupe n’est-ce pas ?) Matériels et logiciels, contenus et applications, blogs et vidéos, données omniprésentes : ils sont tous là pour durer.

Que vous soyez actuellement «débranché» en profitant de vos vacances ou «connecté» au travail, voici les dernières statistiques et infographies pour actualiser vos connaissances et le moins que l’on puisse dire c’est vous les trouverez sans aucun doute utiles…

Publicités

Ce n’est pas la taille qui compte…

Vous êtes à la tête d’une TPE/PME et vous êtes encore persuadés que compte tenu de votre structure, la communication et le marketing sont hors de votre portée ? Grossière erreur ! De nombreux exemples tels que Michel et Augustin démontrent qu’avec un faible budget et beaucoup d’imagination, il est possible d’atteindre, voire de dépasser vos objectifs. Et si vous aussi, vous cassiez la baraque ? Il ne reste plus qu’à lire 🙂

 

Ahhh mais c’est Ça…ooook !

Ola que Tal le monde digital, ça se passe ? Souvent, j’utilise la marque Burger King pour essayer d’expliquer à quel point la communication peut être créative, intelligente et inspirante et aussi…drôle. Aujourd’hui encore, on ne va pas être déçu…Avec l’aide de l’agence Grabarz & Partner, la branche allemande de Burger King s’est permis de « pirater » la bande diffusée pour l’avant-première du film d’horreur « IT » (« ça » en français) dans le pays.

Après avoir frissonné pendant les 135 minutes du film, les spectateurs ont pu voir apparaître deux annonces sur l’écran noir précédant les crédits. On pouvait y lire « Morale de l’histoire : il ne faut jamais faire confiance aux clowns », suivit peu après par le logo de Burger King pour signer la blague adressée à McDonald’s, son sempiternel adversaire sur le marché du fast food. De quoi transformer le long métrage en la plus longue publicité de l’histoire de la marque.

Sortie depuis le 8 septembre dernier dans les salles obscures américaines, l’adaptation cinématographique de l’œuvre de Stephen King a déjà battu quelques records de box-office, notamment en Russie et en Allemagne. Il n’est donc pas étonnant que Burger King ait décidé d’agir en voyant qu’un film, dont le personnage principal est un clown, puisse faire autant parler de lui.

Les deux enseignes sont habituées à se tirer dessus à coups de campagnes satiriques et jusqu’à présent le jeu entre les deux enseignes a beaucoup amusé l’audience… à moins que cela ne dérive vers quelque chose de plus sérieux. Rappelons qu’en Russie, Burger King a cette fois tenté de faire interdire la diffusion du film auprès du Service Fédéral Antimonopole de Russie (FAS). Quoi qu’il en soit et comme le disait très justement A.Einstein « la créativité, c’est l’intelligence qui s’amuse »….isn’t it ? 🙂

Take a Seat

Bien le bonjour : week-end bien passé ? Pour bien commencer la semaine, je vous propose ce matin d’analyser un cas d’école. Je le dis souvent à mes étudiants : lorsqu’un client, une marque vient vous voir c’est qu’il y a une problématique à régler et cela peut arriver (même souvent) que la problématique soit multiple donc réflexion complexe….

Par exemple : SEAT souhaitait se positionner comme un « game changer » sur le marché britannique, en augmentant sa part de voix et en s’affirmant sur le thème de l’innovation. La perception de la marque se devait ainsi d’évoluer, sans oublier de générer quelques essais en concession : c’est à dire le Graal de toute campagne automobile en ligne !

A votre avis : quels ont été les axes de travail ? Quels ont été les choix stratégiques ? Vous avez envie d’en savoir plus alors il suffit de cliquer sur l’image….et accrochez votre ceinture !!

Salut, ça fart ?

Vendredi, vendredi, oh oh ohhhhh….et voilà nous y sommes : bonne fin de semaine tout le monde 🙂 Pour finir dans la joie et la bonne humeur, lâchons-nous ! Parlons super pouvoirs aujourd’hui : nous nous sommes tous déjà retrouvés autour d’une table, un soir, à refaire le monde, à fantasmer sur ce que nous pourrions réaliser avec un super pouvoir tel la télépathie, l’invisibilité ou la faculté de voler,etc…

Et bien Buzzman et Ubisoft élargissent le champ des possibles et vous donnent l’occasion de faire de votre prout un véritable super pouvoir capable de combattre des ennemis et de voyager à travers le temps. C’est donc l’heure de gloire des amateurs embusqués au fond de l’open space – ceux qui refusent continuellement d’avouer leurs crimes – de sortir de l’ombre.

Après avoir lancé Nosulus Rift il y a un an, Ubisoft revient avec « South Park : L’Annale du Destin » et invite pour l’occasion, le monde entier à participer à « I am the fart » ou le premier concours international de pet. L’heureux(se) gagnant(e) aura l’immense honneur d’aller à San Francisco pour enregistrer son œuvre et ainsi faire la fierté de toute sa famille pour avoir laissé une trace dans un jeu vidéo. Pour participer, rendez-vous sur le site dédié à l’opération.

Plus sérieusement, si depuis 97 Stan Marsh, Kyle Broflovski, Eric Cartman et Kenny McCormick sont présents dans nos télés, la franchise a également réussi à se faire un nom dans l’univers du gaming avec le très bon jeu : « Le Bâton de la Vérité ». Rares sont ces jeux dits « à licence » capables de restituer l’essence même de leur univers dans une adaptation. Si ce premier volet a réussi à séduire les aficionados de la série, cette activation devrait permettre à L’Annale du Destin de toucher un public qui ne l’attend pas.

En elle-même l’opération pourrait sembler affligeante, comme au final tous les épisodes de la série. Cependant, ils sont tous teintés d’une certaine forme de maturité qui, par analogie pourrait s’apparenter à la stratégie choisie par Buzzman. En parodiant The Voice, et en appelant le public à participer, L’Annale du Destin devrait sortir des frontières du jeu vidéo et résonner jusque chez les non-initiés.