Tu l’as dans le Baba

Désolé ce matin je livre mon article quotidien en retard….Régulièrement à la recherche du buzz car vous le savez « que l’on parle de moi en bien ou en mal, l’important c’est que l’on parle de moi », l’émission TPMP est encore une nouvelle fois au coeur de la polémique. Je ne suis pas gay et de ce fait ne prétend pas comprendre comment les différents sketchs parodiant les homosexuel(les) peuvent atteindre les personnes qui assument leur orientation sexuelle.

Cependant pour avoir vu le replay du sketch incriminé et même si ce dernier est maladroit, loupé et pas drôle (et oui il faut le dire) je trouve que cette histoire enflamme un peu trop tout le monde et que cela prend des proportions excessives. Mais comme tout est histoire d’image, de séduction auprès de la cible, quand il y a Bad Buzz les marques manquent de s’étrangler et se doivent de réagir plus que rapidement.

C’est le cas avec les marques diffusant des spots publicitaires pendant l’émission ou alors les marques sponsors de TPMP qui ont majoritairement décidées de ne plus passer de pub pendant le créneau de l’émission. Voyons voir de qui il s’agit…

Petit Navire a décidé de ne plus être sponsor de TPMP, en raison de «la polémique actuelle» liée au canular. La marque alimentaire était sponsor de l’émission du 18 mai, lors de laquelle a eu lieu le canular.

«Petit Navire tient à préciser qu’il ne cautionne en aucun cas tout propos discriminatoire ou humiliant. Dans ce contexte, la marque a stoppé sa campagne actuelle de sponsoring de l’émission.»

La marque d’électroménager Bosch annonce également qu’elle ne souhaite plus être associée à l’animateur et qu’elle retire immédiatement toutes les pubs qui devaient accompagner le programme. Pendant l’émission de jeudi, Bosch a diffusé deux publicités pour ses aspirateurs et ses cafetières Tassimo.

«Bosch ne cautionne pas ce qui est passé et les propos qui ont été tenus. La marque a décidé d’arrêter la publicité digitale et télé en cours et à venir pour cette émission», a déclaré une porte-parole du groupe allemand.

De son côté, Chanel va cesser toute collaboration, «regrettant d’être associée à cette polémique» et à «ce type de dérapage».

«Nous avons ainsi demandé à notre agence de bien veiller à ce que nous ne soyons plus présents dans cette émission et nous renforcerons notre vigilance afin que nos consignes en matière d’achat d’espace soient respectées», déclare un porte-parole par mail.

Voici une liste (qui continue de s’agrandir) de marques qui ont rejoint les premières :

  • Disneyland Paris : le parc annonce qu’il «ne souhaite plus diffuser [ses] publicités durant cette émission, qui va à l’encontre de [ses] valeurs».
  • Decathlon a répondu qu’elle retirait aussi ses publicités de l’émission
  • Le groupe automobile PSA, Peugeot, Citroën et DS «suspendent leurs investissements publicitaires sur ce créneau horaire».
  • La chaîne de restauration Flunch a également tweeté qu’elle ne diffusait «désormais plus de spots TV sur C8 sur ce créneau».
  • Orange, qui a tweeté hier dans la soirée que, «conformément [à ses] valeurs», l’entreprise suspendait ses publicités sur le créneau de TPMP.
  • Thomson qui indiquait suspendre «toute campagne de sponsoring de l’émission»
  • Bouygues Immobilier a rejoint ce matin la liste des marques qui ne veulent plus voir leurs publicités pendant TPMP.
  • Guerlain
  • Pringles

Une soixantaine de marques avaient diffusé des publicités dans l’émission mise en cause jeudi. A peu près un quart de ces marques a annoncé qu’elles se retiraient. D’autres y réfléchissent.

LU et EasyJet réfléchissent à arrêter de diffuser des spots pendant l’émission. LU a diffusé un spot lors de l’émission du jeudi, mais la marque était également sponsor à part entière de l’émission du lendemain, pendant laquelle Cyril Hanouna est revenu sur la polémique. La marque «désapprouve» le canular et envisage de boycotter l’émission d’Hanouna à l’avenir:

«Concernant l’émission de jeudi dernier, clairement nous désapprouvons ce canular réalisé par Cyril Hanouna. Ces propos vont à l’encontre des valeurs d’ouverture, de respect et de non-discrimination qui sont clefs dans notre entreprise. Cela nous amènera certainement à revoir nos futures décisions de plan média.»
Même son de cloche du coté d’easyJet.

Voici la réaction d’EasyJet

«Suite à des commentaires négatifs autour d’une émission diffusée sur la chaîne easyJet étudiera la possibilité de communiquer de nouveau sur cette chaîne». EasyJet assure qu’elle «condamne tout propos discriminatoire et n’a aucun contrôle sur le contenu éditorial des programmes»

Philippe Chancellier, le directeur d’OPM, qui organise la communication de Sodastream en France, rappelle que l’annonceur «ne connaît pas à l’avance les sujets qui vont être diffusés». Le contrat de sponsoring ira donc jusqu’à sa fin, prévue le 27 mai.

«On ne choisit pas l’émission en fonction des éventuelles polémiques qu’elle peut provoquer ou non, mais en fonction de l’audience et de la clientèle qu’on veut toucher. On s’associe à une émission qui fait beaucoup d’audience.»

Philippe Chancellier dit ne pas craindre que la marque soit associée à TPMP: selon lui, «ça n’impacte pas l’image de la marque». Questionné sur la possibilité pour son entreprise de s’associer à nouveau à l’émission, il répond:

«C’est un peu tôt pour prendre ce type de décision, on va analyser, on va regarder, pour le moment on n’a pas prévu de refaire du sponsoring avec des émissions.»

La séquence a choqué de nombreux téléspectateurs, qui ont signalé la séquence en masse au CSA, qui comptabilisait ce lundi plus de 20.000 signalements, selon l’AFP. Plusieurs associations LGBT ont également dénoncé l’homophobie de ce canular, comme de nombreux internautes qui ont expliqué pourquoi la séquence les avait blessés.

 

Publicités

Do you remember ?

Pour bien terminer la semaine, je vous propose aujourd’hui un BadBuzz pas si évident que cela en fait. Voici la dernière création de McDonald’s au Royaume-Uni. Cette dernière met en scène un jeune garçon qui pose de nombreuses questions à sa mère pour en savoir plus sur son père qu’il semble ne jamais avoir connu.

Tout en parcourant la ville, sa mère vante les mérites de son défunt mari avant de se retrouver dans un restaurant McDonald’s. Le garçon choisit un hamburger qui, précise sa maman comme pour enfoncer le clou, était le sandwich préféré de son père. À noter qu’il n’est jamais précisé dans la pub que le père en question est décédé, mais il ne faut pas non plus être scénariste à Hollywood pour le comprendre. À force de trop vouloir jouer sur les émotions, McDonald’s s’est glissée dans un piège qui s’est refermé sur elle même.

Et les internautes n’ont pas manqué de fustiger la marque sur les réseaux sociaux qui, et c’est plutôt courageux, n’a pas souhaité la supprimer certainement par peur du fameux effet Streisand dont le grand public est friand. McDonald’s s’est évidemment excusé dans un communiqué du message qui était retenu de sa publicité qui, on peut l’imaginer, n’était surement pas volontaire.

Pour ma part, je ne vois pas où sont le manque de respect, le fail ou la surexposition des sentiments. Ce spot est touchant et simple mettant en avant Mcdo : à la fois un lien social et un point commun entre le fils et le père certainement décédé…D’où mon accroche « un BadBuzz pas si évident que cela en fait »…

Gifi des idées pas très sexy

Tiens, si vous avez 30 secondes, rv sur le Facebook de la marque Gifi. Quand on recherche le buzz parfois on le trouve….pour fêter son 35è anniversaire Gifi a décidé d’offrir 35 Millions d’Euros via le jeu Bravoloto.

Du coup pour en faire la promotion la marque jaune et rouge se met à diffuser un clip humoristique et décalé…oui mais…..vu l’ampleur que cela commence à prendre, je ne suis pas certain que le buzz soit positif mais au moins ça fait parler…..

Merci Julie !

Lundi après-midi, les internautes ont pu découvrir une réduction de 50% sur tout le site de la marque d’électroménager Philips. Pour en profiter, rien de plus simple: entrer un code promo. Mais pas n’importe lequel. Pour valider leur commande avec la réduction, les clients n’avaient qu’à saisir «JULIEGAYET». La marque aura mis 24 heures à répondre mais elle vient de l’assurer : elle va bien honorer les commandes passées par les internautes qui ont bénéficié du code promotionnel « JulieGayet ».

CO4CTqVWIAALYwB

Le code promo, découvert par un membre du site de bons plans sur Internet Dealabs.com, a suscité «plusieurs milliers de commandes en l’espace de quelques heures seulement». Rapidement devenu viral, le code promo s’est vu partagé sur les réseaux sociaux. Il n’est désormais plus valide. Alors une question : est-ce encore la faute du stagiaire d’Itélé ? (Si vous ne voyez pas où je veux en venir, cliquez sur l’image).

ITELE_Logo

On joue à qui à la plus grosse…..com’ ?

Drôle…puis un peu moins…encore encore moins….pénible…..la petite guerre Samsung Vs Apple vire au ridicule. Les premiers tacles étaient amusants mais cette habitude devient réellement lassante.Cette fois c’est dans dans une vidéo publiée sur Youtube le lendemain de la Keynote que Samsung a décidé d’attaquer ou plutôt répondre au spot publicitaire d’Apple. Dans le spot initial, Apple explique que son hardware et software fonctionne mieux que ceux des concurrents car ils sont conçus par le même constructeur.

À cela, Samsung répond tout simplement « It’s not a phone, it’s a Galaxy » en mettant en avant son système de rechargement sans fil qui n’existe pas sur iPhone…

Voilà voilà….vivement la prochaine réponse…

Bad buzz à la strasbourgeoise

Salut salut : en me baladant sur le net, je me suis retrouvé sur rue89strasbourg.com et…tout commence lundi 2 mars lorsque l’agence de com’ Cera Interactive publie un article « Pourquoi certains sites sont facilement piratables ». Le texte critique le CMS, c’est-à-dire les systèmes de Content Management Systems (système de gestion de contenu en français) qui permettent d’administrer des sites facilement via WordPress, Joomla! ou Drupal.

L’agence prend l’exemple du site de centre contre le cancer Paul Strauss, qui avait été piraté 48h entre le samedi 21 et le lundi 23 février. Cera Interactive en profite pour descendre le concurrent qui l’a réalisé. L’article est critiqué car jugé simpliste et peu professionnel.Et visiblement les rédacteurs n’aiment pas la critique. Lorsqu’une internaute pointe sur le réseau social Twitter la faiblesse du texte en le comparant à une production du site satirique Le Gorafi, l’entreprise insinue qu’elle ressemble à une prostituée sur ses photos….oups…..

cera-interactive

Direct, la Toile prend la défense de la jeune femme et dénonce le caractère abject de la réponse. Une réaction qu’aurait pourtant pu prévoir une agence spécialisée dans la création de sites l’informatique et la formation. Le mardi 3 mars dans la soirée, soit après plus de 24h d’avalanche de critiques, le tweet est toujours en ligne. L’agence continue de répondre aux internautes et à d’autres twittos au rythme de plusieurs messages par heure.

Sans titre

Autre effet du bad buzz, les internautes qui affluent sur le site, qui présente les prestations de Cera Interactive. La dernière réalisation exposée remonte à septembre 2014 et d’autres à 2010. Plus que la non-actualisation de ce «book», plusieurs observateurs et de twittos s’amusent de la qualité des productions. Chacun jugera. Faîtes gaffe les gars je vous rappelle que l’on a dit ni le physique ni les mamans……