Allumer le feu

Bien le bonjour ami(e)s du Mardi 🙂 Je sais, il est un peu tôt pour parler Burger alors parlons plutôt emploi….mais dans le burger…..Burger King n’hésite pas à jouer avec le feu pour promouvoir ses steaks grillés à la flamme. L’enseigne le démontre à nouveau avec cette campagne de recrutement en Allemagne signée Grabarz & Partner. La série de prints que vous allez regarder parodie les campagnes de lutte contre les addictions en invitant les pyromanes à contacter les RH de Burger King.

La campagne est ouvertement provocante : les visuels sont violents et mettent en scène des individus mal acceptés par la communauté. Il faut s’attarder sur les visuels pour identifier le message qu’il porte. Burger King réussit un tour de force en insérant un aspect humoristique à ces images qui semblent tirées de la chronique faits divers d’un journal télévisé. Les visuels passent au service d’une rédaction minimaliste, mais très efficace. Ce qui est certain c’est qu’il y aura les pour…et les contres….ça va être chaud 🙂

Publicités

Le dernier repas du condamné

Burger King et son agence Buzzman reprennent les basiques en 2018 avec un nouveau film pour nous rappeler ô combien son Whopper est savoureux. Un plaisir irrésistible, mis en scène à travers un film fortement inspiré de La Ligne verte. Alors qu’un condamné à mort s’apprête à passer sur la chaise électrique, la « tradition » veut qu’on lui offre le dernier repas qu’il désire et c’est évidemment un Whopper. Sauf que tout ne va pas se passer comme prévu…

Plus de 50 ans après, Burger King continue d’entretenir le mythe autour du burger qui a fait sa renommée. L’humour est toujours au rendez-vous, et à ce jour la relation Burger King – Buzzman reste un bel exemple de couple annonceur – agence sur la même longueur d’onde.

On s’en paye une tranche ?

Véritable agitateur des médias sociaux, le roi du burger entretient le lien quotidiennement avec son public. Il suffit de suivre la page Facebook de Burger King France pour le constater. Parfois moqueur, souvent taquin, mais toujours joueur avec ses sujets, le roi du burger sait également se montrer attentionné. Notamment en retrouvant son plus grand fan Facebook, Sullyvan K.

Pour faire honneur à la passion dévorante de cet homme, Burger King a imaginé pour lui, le plus beau cadeau de Noël possible. Lui dédier entièrement un restaurant de l’enseigne. Enveloppé comme un paquet cadeau dans plus d’un kilomètre de tissu, le Burger King de Bordeaux Mérignac est maintenant le BK de Sullyvan K. Place de parking réservée, plateau personnalisé et table attitrée, l’heureux fan sera pendant un an, chez lui dans la maison du Whopper et n’aura qu’à présenter sa carte BK pour en déguster un gratuitement.

Burger King ne fait définitivement pas dans la dentelle quand il s’agit de renforcer la proximité avec son public. Une opération hors du commun qui démontre l’extrême confiance de Burger King envers son agence Buzzman. Et si Sullyvan K, n’avait pas voulu se prêter au jeu ?

Ahhh mais c’est Ça…ooook !

Ola que Tal le monde digital, ça se passe ? Souvent, j’utilise la marque Burger King pour essayer d’expliquer à quel point la communication peut être créative, intelligente et inspirante et aussi…drôle. Aujourd’hui encore, on ne va pas être déçu…Avec l’aide de l’agence Grabarz & Partner, la branche allemande de Burger King s’est permis de « pirater » la bande diffusée pour l’avant-première du film d’horreur « IT » (« ça » en français) dans le pays.

Après avoir frissonné pendant les 135 minutes du film, les spectateurs ont pu voir apparaître deux annonces sur l’écran noir précédant les crédits. On pouvait y lire « Morale de l’histoire : il ne faut jamais faire confiance aux clowns », suivit peu après par le logo de Burger King pour signer la blague adressée à McDonald’s, son sempiternel adversaire sur le marché du fast food. De quoi transformer le long métrage en la plus longue publicité de l’histoire de la marque.

Sortie depuis le 8 septembre dernier dans les salles obscures américaines, l’adaptation cinématographique de l’œuvre de Stephen King a déjà battu quelques records de box-office, notamment en Russie et en Allemagne. Il n’est donc pas étonnant que Burger King ait décidé d’agir en voyant qu’un film, dont le personnage principal est un clown, puisse faire autant parler de lui.

Les deux enseignes sont habituées à se tirer dessus à coups de campagnes satiriques et jusqu’à présent le jeu entre les deux enseignes a beaucoup amusé l’audience… à moins que cela ne dérive vers quelque chose de plus sérieux. Rappelons qu’en Russie, Burger King a cette fois tenté de faire interdire la diffusion du film auprès du Service Fédéral Antimonopole de Russie (FAS). Quoi qu’il en soit et comme le disait très justement A.Einstein « la créativité, c’est l’intelligence qui s’amuse »….isn’t it ? 🙂

Chauffeur, si t’es champion…

Bien le bonjour le monde, tout va bien ? Longue vie à B.K. ! Burger King s’intronise finalement à Bruxelles. Enfin…disons que pour être diplomate, le roi du burger pose ses valises à Auderghem pour ne pas faire trop d’ombre à l’authentique souverain, Philippe de Belgique.

Dans le but d’encourager les Bruxellois à se rendre sur place, l’agence Buzzman, imagine « The Whopper Bus » une ligne de bus gratuite qui desservira du 13 ou 16 septembre plusieurs arrêts, avant de finir sa course dans le royaume du Whopper.

Fidèle à sa réputation, la firme ne manque jamais une occasion de se faire remarquer lorsqu’elle s’installe quelque part. Cette activation devrait permettre à Burger King de faire table rase du passé et fédérer un maximum de Bruxellois, historiquement attachés à Quick. Cliquez sur l’image pour voir la vidéo…have a nice day ! !

 

Google a du pain sur la planche

Pas forcément très connu en France, Google Home est un haut-parleur connecté qui se contrôle grâce à la reconnaissance vocale. Concrètement, il répond à la grande majorité de vos questions si vous la précédez de la phrase « OK Google ». Burger King dévoile un spot surprenant pour faire la promotion de son emblématique Whopper.

Ce dernier dure tout juste 15 secondes, et à la fin, le principal protagoniste s’adresse aux dispositifs Google Home en leur demandant de décrire le Whopper. Forcément, si vous avez un Google Home chez vous, le trick va fonctionner. Mais il semblerait que la petite blague ne soit pas au goût de tout le monde, puisqu’à l’heure où nous écrivons ces lignes, Google aurait désactivé la phrase de sa reconnaissance vocale…..

C’est chaud

Vous ne le savez sûrement pas, mais depuis sa création en 1954

Burger King est l’une des chaînes de fast-foods qui a connu le plus d’incendies au sein de ses restaurants. Aux États-Unis, pour sa nouvelle campagne print réalisée par l’agence David Miami, Burger King a eu l’idée de mettre en avant des restaurants en feu pour illustrer son avantage concurrentiel de toujours : des steaks savoureux cuits à la flamme.

Les trois prints de cette campagne mettent des restaurants Burger King en feu.

Si le pari est résolument audacieux, l’idée ne plaira sûrement pas à tout le monde. Même si de toute évidence on comprend le message que la marque souhaite nous faire passer ici, la campagne conserve malgré tout une connotation négative : celle de l’incendie qui provoque des dégâts, et qui surtout, qui menace des vies. Une campagne publicitaire qui divisera sans l’ombre d’un doute.

Je suis un des premiers à souligner en règle générale le caractère drôle, intelligent ou encore impactant des campagnes BK mais là – même si je comprend la contre campagne – il n’est pas certain que tout le monde comprenne le contexte installé par la maison du Whooper…..Wait & See….

campagne-restaurants-feu-burger-king-2

campagne-restaurants-feu-burger-king-3-1

campagne-restaurants-feu-burger-king-4