Ça dénote non ?

Ola que tal le monde digital ! Le jeu FIFA 19 sort le 28 septembre prochain et les premières notes commencent à sortir. Les stars du ballon rond en premier lieu en découvrant le score qui leur a été attribué et les gamers lorsqu’ils s’apercevront que leurs joueurs favoris sont sous-notés comparé à d’autres.

EA Sport s’en amuse d’avance dans le film dévoilé le 6 septembre dernier : “Vous ne pouvez pas satisfaire tout le monde”, titille l’éditeur dans son tweet. Et pour cause, Cristiano Ronaldo, Kevin De Bruyne, les champions du monde 2018 Olivier Giroud, Hugo Lloris et Raphaël Varane ou encore Neymar Jr, tous semblent mécontents de leur score et invitent la communauté des gamers (quand il ne tente pas de le faire eux même) à voter pour corriger cet affront !

Encore une fois et à l’instar de l’année dernière, EA Sport tape juste en anticipant la gronde avec humour et une une bonne dose d’autodérision. Avec son appel à sa communauté de joueurs via le hashtag #FIFARatings, l’éditeur fait gentiment monter la pression avant le lancement de la nouvelle édition à la fin du mois. Simple et efficace non ?

Publicités

It’s Real !!

« Le soleil vient de se lever, encore une belle journée… », vous vous souvenez de cette old pub ? Ah….j’en verse une larme…Bien, parlons aujourd’hui jeu vidéo/vraie vie/football/marketing….

FIFA 19 ne sort que le 28 septembre prochain, mais l’arrivée du nouveau cru du jeu d’EA Sports bénéficie une nouvelle fois d’une promo de premier plan. Si on sait ainsi déjà que dans l’édition à venir, Alex Hunter, le jeune prodige dont on suit l’histoire depuis FIFA 17 dans le mode « L’Aventure » (« The Journey »), a rejoint le Real Madrid. Et le vrai club madrilène en profite pour passer de la fiction à la réalité

a0543c8b4324bec00acdac264ee3e.jpg

Sur son site de e-commerce, la Maison Blanche propose les maillots, fanions et autres goodies à ses couleurs. Les tuniques de Marcelo, Karim Benzema, Toni Kroos, Luka Modric, Gareth Bale et des autres stars de l’équipe sont disponibles. Et parmi elles, on trouve aussi le fameux Alex Hunter. Le personnage prend la pose comme tous ses « coéquipiers » et a droit à son maillot floqué 29.

885dcf19f6dbfd6db9637f3368673

Les fans peuvent se l’offrir comme celle de n’importe quel autre Merengue. Les prix, eux, sont tout aussi réels : le maillot « HUNTER 29 » débute à 59,95 euros dans sa version  bébé et monte jusqu’à 159,95 euros dans sa version adulte authentique.

Made in China

Bonjour bonjouuuurrr….parlons aujourd’hui de la marque au Swoosh qui est indéniablement l’une des grandes gagnantes du dernier Mondial en Russie. Nike ne compte pas toutefois pas s’arrêter là.

En collaboration avec Wieden + Kennedy Shangai l’équipementier américain a choisi le marché chinois pour sa première campagne « post-mondial ». Les spectateurs sont plongés en l’an 2033, alors qu’un joueur en maillot blanc marqué d’un 7 se prépare à tirer un coup franc décisif. Si la routine fait immédiatement penser à un célèbre joueur lusitanien, la suite du film révèle qu’il s’agit en réalité d’un joueur chinois qui vient de qualifier son équipe pour le mondial 2034.

Cette situation traumatise d’ailleurs les supporters anglais qui vont devoir faire face aux nouveaux ogres du football mondial. Le spot poursuit en montrant l’impact de ce nouvel ordre footballistique mondial dans les clubs. Enfin, la marque souligne avec un retour dans le présent qu’un tel futur se construit dès à présent.

Le football n’a pas le même impact en Chine que dans les pays occidentaux. Le pays a néanmoins déjà montré sa capacité à rapidement intégrer de nouvelles disciplines sportives dans sa culture et à réussir au plus haut niveau, comme le montrent les bilans des médailles des derniers Jeux Olympiques, aussi bien d’été que d’hiver. Avec cette campagne, Nike espère provoquer un début d’engouement afin d’embraser ses ventes dans le second pays le plus peuplé au monde.

Quelle marque a remporté la Coupe du Monde ?

Bien le bonjour la France et bonjour à tous les colombiens qui fêtent aujourd’hui leur jour de l’Indépendance (1810). Je sais, le football, vous n’en pouvez plus (la Ligue 1 reprend dans pas si longtemps que cela alors courage à vous) et du coup on remet une dernière couche pour faire le bilan de cette fameuse coupe du Monde 2018 en Russie…

C’est bien beau d’investir de l’argent dans une coupe du Monde mais le ROI est-il « satisfaisant » ? La cible a-t-elle été conquise ? Le rayonnement de la marque est-il optimal ? Kantar Media a dévoilé les principaux éléments publicitaires de la Coupe du Monde en France et il y en a qui risquent de vous surprendre un peu..are U ready ? Alors cliquez sur l’image et bonne lecture ! ! !

logo

 

Tel père, tel fils

Le football est un sport universel dans lequel tous peuvent retrouver des valeurs qui leur sont propres (il n’y a pas eu un truc mondial il n’y a pas longtemps ?). Parmi celles-ci les relations père-fils et les moments partagés autour d’un ballon ont une place particulière. D’ailleurs un gros bisou au mien avec qui malheureusement je n’ai pas pu regarder la finale 😦

C’est avec cette idée que BBDO Paris a imaginé cette partie de football entre les jeunes du centre de formation des Girondins de Bordeaux et leurs papas pour une campagne de marque St Hubert. En effet quoi de mieux que le sport pour prendre soin de son cœur et profiter aux mieux de ceux qu’on aime ?

intro

Benjamin Dessagne et Stéphane Santana reviennent pour nous sur cette campagne émouvante et haletante… surtout pour les papas. La préparation de la campagne s’est déroulée dans un contexte particulier pour l’agence : Benjamin Dessagne et Stéphane Santana ont en effet rejoint CLM BBDO alors que l’agence avait déjà remporté le budget St Hubert et commencé à tisser une relation de confiance avec l’annonceur, sous l’impulsion notamment de Matthieu Elkaim.

Le premier besoin apparu lors du brief, fut celui de sortir la marque de son schéma habituel de films TV de 30 secondes comprenant un plan produit et un plan dégustation. Benjamin Dessagne insiste : « les films de St Hubert sont trop cadrés pour être créatifs. Il y avait besoin de sortir de ce carcan pour faire passer le message de la marque de manière différente ».

Capture+d_écran+2018-05-23+à+10.21.19+copie

CLM BBDO est donc parti de la promesse produit tirée de la campagne TV précédente, « partenaire du cœur des Français » afin de l’emmener vers les territoires du storytelling et du brand content, encore inexplorés pour la marque.

Le duo, accompagné des créatifs Théophile Robaglia et Joseph Rozier sont arrivés assez naturellement à la double conclusion que le football était un vecteur idéal pour porter le message de santé et de partage de la marque. Et qu’une activation se prêtait naturellement à l’émotion.

L’agence a donc soumis à St Hubert cette idée d’organiser un match de football entre des jeunes d’un centre de formation d’un club de football et leurs pères. Le défi : réussir à jouer 90 minutes pour les pères, prouvant qu’ils sont en bonne santé, faisant écho à la promesse de la marque.

Cette idée présentait plusieurs avantages : « Cette partie de foot fait référence à des moments que l’on a tous pu connaître », analyse Stéphane Santana. De plus, réunir des papas séparés de leurs enfants en pension au centre de formation garantissait de donner une dimension émotionnelle au projet.

objectif-90-minutes-girondins-de-bordeaux-st-hubert-activation-match-père-fils-e1527005576669

Pour mettre en place une telle activation, il a fallu trouver un club familial, « pas tape-à-l’oeil », qui corresponde à l’identité de la marque et qui ait également un rayonnement suffisant pour garantir des retombés à l’activation. Après une phase d’approche auprès de différents centres de formation français, ce sont finalement les Girondins de Bordeaux qui ont été retenus, en raison de l’intérêt et de l’enthousiasme du club face au projet.

Une fois ce partenariat validé, il a fallu que les trois entités (annonceur, agence et club) travaillent de concert à la mise en place de l’opération. Trois mois avant le jour de la rencontre, le club a mis en place avec les pères des joueurs un programme physique et alimentaire afin qu’ils tentent de tenir physiquement les 90 minutes du match et partager au maximum du temps avec leurs garçons sur le terrain.

Pendant ce temps, St Hubert et CLM BBDO ont travaillé de concert pour lancer la pré-production de la campagne, ainsi que pour la sélection des papas qui seraient le plus au centre de la campagne. Ils sont ainsi venus dans les locaux de l’agence et le réalisateur Olivier Lemaire de Gang Life s’est déplacé à plusieurs reprises afin de filmer leurs confidences et leur préparation.

Après les 90 minutes du match, la partie « publique » de la campagne a débuté. Celle-ci a été exclusivement diffusée sur le web, notamment au travers des réseaux sociaux, avec un plan média sur un mois. « Le démarrage ne s’est pas fait en fanfare, mais s’est inscrit dans la durée, de façon progressive » confie Benjamin Dessagne. La campagne a continué à vivre par le bouche-à-oreille et a su toucher jusqu’à des personnalités de l’univers du football, comme nous le verrons dans la partie résultats.

Les résultats

– Près de 5 millions de contacts

– Plus de 80 000 interactions avec le film de 6 minutes

– 22 300 partages, soit 26% des interactions avec le film

– Environ 7 500 commentaires, positifs à 99%

– Des partages par de nombreuses personnalités publiques et influenceurs, dont Raymond Domenech, Estelle Denis et Denis Brognart directement liés au monde du football.

Lorsqu’on lui demande ce qu’il retient de cette campagne, Benjamin Dessagne revient sur à l’émotion pendant le tournage. « On savait que sur le papier on avait quelque chose de bien. Rien n’était scripté, car on voulait un format documentaire au champ très libre. Tout aurait pu tomber à l’eau si les papas ne s’étaient pas livrés. » Il salue également l’écoute et la confiance dont ont pu faire preuve les équipes de St Hubert.

Stéphane Santana enchérit en se déclarant « agréablement surpris que le client ose s’engager sur un type d’activation qu’il n’avait jamais pratiqué ». Il s’agit à ses yeux d’un mouvement particulièrement courageux, surtout que de nombreux éléments auraient pu ternir le résultat final.

Le binôme se réjouit également que l’idée aille au-delà de la simple campagne de marque. En effet, ils déclarent avoir été contactés par des personnes désireuses de reprendre cette idée de rencontre père-fils. Ils espèrent que la campagne se transformera en une habitude populaire et que les rencontres de football père-fils se multiplieront dans les années à venir, faisant le lien entre le footballeur professionnel (ou aspirant professionnel) et les familles.

Les clés du succès

– Le travail de relation client en amont de la campagne
« Afin d’arriver à ce résultat, il a fallu apprendre à se faire confiance », souligne Benjamin Dessagne. Ce lien était en effet indispensable selon lui pour pouvoir emmener sereinement St Hubert vers des formats publicitaires et créatifs que la marque ne connaissait pas.

– La véracité
L’une des clés pour la réussite de cette campagne fut « d’être juste, de porter un insight fort avec une exécution sincère » déclare Stéphane Santana. C’était selon lui la condition pour faire passer l’émotion de ce moment père-fils. C’est grâce à cela que les gens ont pu s’approprier l’idée.

– La retranscription d’un bénéfice produit dans la vraie vie
Aux yeux des deux directeurs de création de CLM BBDO, la marque a démontré grâce à cette activation ce qu’elle propose. Cette préparation physique et alimentaire des pères se concluant par un moment intense et familial est selon eux une allégorie d’un choix de vie réel. « On a retranscrit dans un format publicitaire et créatif un schéma de vie » conclue Benjamin Dessagne.

Et 1, et 2 et 3..et 4

BooooOOOONJOURRR et salut à toi  :

  • qui est bien content(e) que cette coupe du monde soit enfin finie
  • Valdimir qui faisait un tout petit peu la tête lors de la remise de la coupe.
  • le Croate qui vraiment a produit un beau football

Du coup, visuel simple pour commencer la semaine…On le savait BK sait être réactif (un peu comme la marque Sixt que je trouve assez bon dans ce domaine).

Même si l’on peut comprendre aisément la fonction première de ce print, j’ai un peu de mal avec ce visuel et c’est assez intéressant quand on y regarde de plus près…

Tout au long de la compétition, les croates ont été exemplaires dans le jeu, l’état d’esprit et aussi dans l’image qu’il renvoient de leur pays.  C’est pour cela que l’image du burger me gêne un peu. Si les croates avaient été arrogants, tricheurs, mauvais joueurs,etc…du coup il y aurait ce phénomène de vengeance mais là, c’est le contraire…..

Ce n’est pas grave en soi car on peut facilement comprendre le registre principal de cette pub mais ce n’est pas un 100%….Vous voyez ce que je veux dire ?

DiITSzNWsAAEaSp

Au final on fait le bilan

48h avant la délivrance…..je n’avais déjà plus beaucoup de cheveux mais là…sale temps pour les chauves ave cette coupe du monde :).

Justement, Kantar Media dresse le bilan publicitaire de la première phase du mondial, qui s’est déroulée du 14 au 28 juin et le premier constat est que la pression médiatique est forte : chaque Français a potentiellement été exposé 127 fois à une information relative à la compétition depuis le 14 juin. Ce sont 167 annonceurs qui ont diffusé 2623 spots sur la période pour un investissement total de 78,6 millions d’euros bruts en France.

Lorsque l’on se penche sur typologie des marques à l’origine des spots, on note l’omniprésence des opérateurs de paris qui représentent un quart des spots diffusés. Ils sont toutefois moins présents en termes d’investissements publicitaires, le podium étant constitué de SFR, Renault et Peugeot avec environ 2,5 millions d’euros investis par chacune de ces marques.

Si les chaînes proposant les matchs ne rentabiliseront pour la plupart pas leurs investissements, TF1 annonce que les 30 secondes  se négocieraient à près de 300 000€ pour la finale.

infographie-800x2038