Bansky to be alive

Ola que tal le monde digital, prêt(e)s pour ce week-end ? Cette semaine c’est Banksy qui a fait le buzz : vous avez forcément entendu parler de la toile de Banksy (article en-dessous). Un tableau de l’artiste mettant en scène la célèbre “Petite Fille au ballon” a été vendu à l’occasion d’une vente aux enchères organisée chez Sotheby’s à Londres le 5 octobre dernier.

Juste après avoir été vendue aux enchères pour plus d’un million d’euros, l’œuvre a commencé à s’auto-détruire. Accrochée à l’un des murs de la salle de vente, la peinture a été découpée en fines lamelles grâce à une broyeuse à papier dissimulée dans le cadre. Forcément, l’événement a énormément fait parler sur les réseaux sociaux, mettant en scène un public médusé et surpris à la découverte de cette toile qui se décompose sous leurs yeux. Un magnifique pied de nez au capitalisme réalisé avec toute la malice dont seul Banksy sait faire preuve.

Et comme toutes ces histoires qui font couler beaucoup d’encre sur le web, ce tableau partiellement broyé de Banksy a été détourné à de nombreuses reprises. Tout d’abord, pas des internautes qui n’ont pas hésité à s’amuser de références populaires ou de personnalités célèbres, mais également par les marques qui ont, comme souvent, su s’approprier avec brio le sujet pour faire parler d’elles….

detournement-banksy-marquesdetournement-banksy-marques-1detournement-banksy-marques-22detournement-banksy-marques-122ikea_masterpiece

Publicités

Aaaaah il est là…

Welcome le monde digital 🙂 Comme chaque année, Interbrand publie son classement des 100 marques les plus puissantes du monde. La filiale conseil en stratégie de marque du groupe Omnicom use d’une méthodologie certifiée ISO qui lui permet d’analyser l’impact des marques sur leurs marchés respectifs, mais aussi de nombreux éléments détaillés dans l’étude qui accompagne le classement : satisfaction des clients, paramètres générant le plus d’engagement, performance des employés selon la culture d’entreprise, etc.

Pour se voir apparaître dans le palmarès d’Interbrand, les marques doivent remplir certaines conditions :

  1. être présentes sur trois continents au minimum
  2. réaliser plus de 30% de leur chiffre d’affaires en dehors de leur pays d’origine,
  3. moins de 50% sur un même continent.

Une manière d’assurer que seules les enseignes les plus rayonnantes dans le monde sont mises en concurrence sur les paramètres suivants : la performance financière, l’influence de la marque sur la décision d’achat, la force de la marque sur son marché et une évaluation de ses revenus futurs.

Cette année, le classement Best Global Brands consacre le trio technologique : Apple, Google et Microsoft. Apple et Google gardent les deux premières places pour la cinquième année consécutive. Microsoft expulse Coca-Cola de la dernière place du podium. Pour 2017, la technologie devient donc le secteur porteur des trois marques les plus puissantes du monde.

Top France

Comme on pouvait s’y attendre, les marques françaises rayonnent toujours autant dans les secteurs du luxe avec Louis Vuitton, Hermès, Cartier… Malheureusement, cette année le luxe n’est plus un secteur porteur de croissance comme il l’était en 2016.

La plupart de ces marques affichent un déclin de leur valeur allant jusque 4% pour Louis Vuitton. Hermès parvient toutefois à maintenir une croissance de valeur à deux chiffres de 11% pour ainsi devenir la marque française la plus dynamique cette année.

19 – Louis Vuitton
32 – Hermès
42 – Axa
45 – L’Oréal
54 – Danone
65 – Cartier
99 – Moet et Chandon

Pour en savoir encore plus, plus,plus cliquez ici

Techommuting

Je ne sais pas si ce terme existe mais maintenant…oui 🙂

(Technologie – Communication – Marketing)

Selon la Deutsche Bank Research, la réalité augmentée est un marché d’avenir qui a un très grand potentiel en France, en particulier en ce qui concerne les applications spécialisées. Dans le secteur de la publicité, des séries d’essais sporadiques ont eu lieu au sein de grandes entreprises comme Google et IKEA.

Le moteur de recherche a enrichi la réalité avec des lunettes intelligentes qui transmettent à l’utilisateur des informations en temps réel grâce à des projections sur les verres. Ainsi, les prévisions météorologiques, des informations sur les monuments touristiques alentours ou des itinéraires en 3D sont mis à la disposition de l’utilisateur. Le magasin de meubles IKEA a utilisé la technologie de réalité augmentée pour donner vie à son catalogue en projetant des meubles dans chacune des pièces du logement de ses clients.

La technologie peut également être utilisée en corrélation avec les classiques de la publicité : les objets publicitaires.

De cette innovation, découle une combinaison d’éléments haptiques et virtuels. En imprimant les objets publicitaires avec le logo de l’entreprise et en associant des informations numériques à ce logo, on obtient la base d’une aventure publicitaire. Les utilisateurs de smartphones et de tablettes peuvent scanner le logo avec une application de réalité augmentée et ainsi ouvrir la porte à la technologie AR (Augmented Reality).

telechargement

Des vidéos, des images, des animations 3D, des emplacements géographiques, des fichiers ou même des boutiques en ligne peuvent être associés au logo imprimé. Par exemple, en scannant le sac publicitaire d’une entreprise, la mascotte animée peut se matérialiser, sortir du sac et interagir avec l’utilisateur.

Les clients et prospects sont en demande de publicité originale, en partie animée, qui saura les étonner.

De cette manière, la notoriété de l’entreprise augmente, tout comme son capital sympathie. Dans le même temps, le groupe cible se souvient davantage d’une publicité innovante. Avec une combinaison d’éléments physiques et virtuels, on tire profit des effets positifs des objets publicitaires. Ils sont décuplés par un univers de marque inédit et donc idéal pour mettre en place une stratégie de storytelling.

images

D’ailleurs, les études réalisées par Capgemini et Jupiter Research ont conclu que cette technologie est un thème majeur pour le marketing et l’informatique. La réalité augmentée est considérée comme l’avenir de la publicité et cette tendance sera toujours d’actualité dans 25 ans, d’après l’agence londonienne Zenith-Optimedia.

Les objets publicitaires, en association avec cette technologie innovante personnalisent les messages en direction d’un groupe cible. Elle est aussi bien accessible pour les grandes entreprises que pour les startups. L’infographie ci-contre explique comment la réalité augmentée peut être intégrée à une stratégie de communication par l’objet.

La réalité augmentée capitalise donc sur l’impact publicitaire déjà important des objets publicitaires et donne un visage moderne à ces classiques publicitaires. Les objets publicitaires sont l’un des supports publicitaires les plus prisés des entreprises françaises, car contrairement à d’autres canaux, ils sont utiles au public cible et ne constituent donc pas une nuisance. Ils sont utilisés par les clients et prospects d’une entreprise sur le long terme et gravent le nom de la marque dans les mémoires. Ainsi, l’annonceur y gagne à la fois en termes de ventes et de relationnel.

Un univers de marque interactif et animé qui se démarque grâce à son ingéniosité apporte un avantage concurrentiel et une meilleure réputation. La combinaison d’objets publicitaires et d’informations virtuelles permet ainsi une toute nouvelle forme de publicité qui n’agace pas son destinataire. Bien au contraire, elle augmente la réalité et dynamise le quotidien des clients et prospects.

Source : https://siecledigital.fr/2016/08/02/realite-augmentee-lobjet-publicitaire-rencontre-digital/

C’est top !

Interbrand, la filiale conseil en stratégie de marque du groupe Omnicom vient de publier son 17e rapport annuel sur le classement des 100 meilleures marques mondiales. Leur méthodologie certifiée ISO permet de comprendre et d’analyser la façon dont la marque est bénéfique à une entreprise : depuis la satisfaction des attentes clients jusqu’à la création de valeur pour l’entreprise.

LES CONDITIONS

Pour être prises en compte dans ce palmarès, les marques doivent réunir trois conditions : être présentes sur trois continents, réaliser au moins 30 % de leur chiffre d’affaires hors de leur pays d’origine, et moins de 50 % sur un des trois continents. Le calcul de la valeur se base sur le croisement de différents critères : la performance financière, l’influence de la marque sur la décision d’achat , la force de la marque sur son marché et une évaluation de ses revenus futurs.

LE CLASSEMENT

Le classement Best Global Brands 2016 consacre Apple, Google et Coca-Cola comme les trois marques les plus valorisées au monde. Pour la quatrième année consécutive, Apple et Google se situent au sommet du classement. La valeur d’Apple a augmenté de 5% avec 178,119 milliards USD, tandis que la valeur de Google a grimpé de 11% avec 133,252 milliards USD. Enfin, Dior et Tesla entrent dans le classement des Best Global Brands pour la première fois, respectivement à la 89e et 100e place.

Le top 100 des marques a combiné un total de 1 796,384 milliards USD, soit une augmentation de 4,8% comparée à 2015.« Les meilleures marques mondiales ne s’adaptent pas seulement aux changements : ce sont véritablement elles qui les conduisent » commente Jez Frampton, PDG monde d’Interbrand.

LES POINTS CLÉS

– Le thème du 17ème Best Global Brands est marqué par l’enjeu de la création de croissance. Les marques les plus performantes du classement ont réussi à créer les conditions de leur croissance dans un environnement global complexe en pariant sur l’innovation et la transformation de leur modèle.

– En comptant 29 places dans le classement, les marques automobiles et technologiques dominent cette édition des Best Global Brands. Le secteur auto représente 14,28% de la valeur totale du classement. Un bond important depuis l’année passé (9,5%).

– Le brouillage des frontières entre les secteurs d’activité : la technologie transcende les activités. Elle provoque même une certaine convergence. Les partenariats ont d’ailleurs été nombreux cette année : Ford/Amazon, GM/Lyft, discussions entre BMW et Apple…

– En ce qui concerne les marques françaises, ces dernières s’illustrent essentiellement dans le luxe – 2e secteur à plus forte croissance après le retail – avec notamment Louis Vuitton en 19e place suivie par Hermès, L’Oréal, Dior et Moët & Chandon.

– Le secteur du luxe a cru de 10,4% : c’est le résultat de la forte montée en gamme engagée il y a quelques années vers « le vrai luxe ». Par ailleurs la distribution a été totalement restructurée avec un accent fort donné à l’activité dans les boutiques au détriment de la vente en gros.

– Autre Français à la performance remarquable dans ce 17ème BGB : Axa. Avec une évolution de 14% de sa performance cette année, Axa engrange les fruits de chantier colossal de transformation numérique dans lequel la marque s’est engagée depuis plusieurs années.

TOP 10

1. Apple
2. Google
3. Coca-Cola
4. Microsoft
5. Toyota
6. IBM
7. Samsung
8. Amazon
9. Mercedez-Benz
10. General Electrics

TOP FRANCE

19e : Louis Vuitton = 23 998 milliards de dollar
34e : Hermès = 12 833 milliards de dollar
45e : L’Oréal = 10 930 milliards de dollar
46e : Axa = 10 579 milliards de dollar
89e : Dior = 4 909 milliards de dollar
97e : Moët & Chandon = 4 118 milliards de dollar

 

top100