Au menu : du minimalisme

McDonald’s lance une nouvelle campagne d’affichage minimaliste avec l’agence TBWA Paris. «Packaging minimalistes» se concentre sur les boîtes du Big Mac, des Chicken McNuggets et des frites. Présentés seuls, sur un fond de couleur uni, ces packs sont vides à l’exception de quelques miettes de ce que fût leur contenu. Vous n’êtes qu’une bande d’affamés !

Après les campagnes des « gros plans », « pictos » et « Ouvert jusqu’à minuit ou plus », exploitant des visuels conçus à partir de LED, la marque ne semble plus vouloir quitter le minimalisme efficace.

Avec cette nouvelle prise de parole, la marque met en avant ses produits phares en se concentrant cette fois sur leur conteneur et en instillant le message que chez McDonald’s nous finissons toujours nos plats… à une ou deux miettes près. Voilà une marque sûre de sa force.

 

Publicités

Ahhh mais c’est Ça…ooook !

Ola que Tal le monde digital, ça se passe ? Souvent, j’utilise la marque Burger King pour essayer d’expliquer à quel point la communication peut être créative, intelligente et inspirante et aussi…drôle. Aujourd’hui encore, on ne va pas être déçu…Avec l’aide de l’agence Grabarz & Partner, la branche allemande de Burger King s’est permis de « pirater » la bande diffusée pour l’avant-première du film d’horreur « IT » (« ça » en français) dans le pays.

Après avoir frissonné pendant les 135 minutes du film, les spectateurs ont pu voir apparaître deux annonces sur l’écran noir précédant les crédits. On pouvait y lire « Morale de l’histoire : il ne faut jamais faire confiance aux clowns », suivit peu après par le logo de Burger King pour signer la blague adressée à McDonald’s, son sempiternel adversaire sur le marché du fast food. De quoi transformer le long métrage en la plus longue publicité de l’histoire de la marque.

Sortie depuis le 8 septembre dernier dans les salles obscures américaines, l’adaptation cinématographique de l’œuvre de Stephen King a déjà battu quelques records de box-office, notamment en Russie et en Allemagne. Il n’est donc pas étonnant que Burger King ait décidé d’agir en voyant qu’un film, dont le personnage principal est un clown, puisse faire autant parler de lui.

Les deux enseignes sont habituées à se tirer dessus à coups de campagnes satiriques et jusqu’à présent le jeu entre les deux enseignes a beaucoup amusé l’audience… à moins que cela ne dérive vers quelque chose de plus sérieux. Rappelons qu’en Russie, Burger King a cette fois tenté de faire interdire la diffusion du film auprès du Service Fédéral Antimonopole de Russie (FAS). Quoi qu’il en soit et comme le disait très justement A.Einstein « la créativité, c’est l’intelligence qui s’amuse »….isn’t it ? 🙂

Do you remember ?

Pour bien terminer la semaine, je vous propose aujourd’hui un BadBuzz pas si évident que cela en fait. Voici la dernière création de McDonald’s au Royaume-Uni. Cette dernière met en scène un jeune garçon qui pose de nombreuses questions à sa mère pour en savoir plus sur son père qu’il semble ne jamais avoir connu.

Tout en parcourant la ville, sa mère vante les mérites de son défunt mari avant de se retrouver dans un restaurant McDonald’s. Le garçon choisit un hamburger qui, précise sa maman comme pour enfoncer le clou, était le sandwich préféré de son père. À noter qu’il n’est jamais précisé dans la pub que le père en question est décédé, mais il ne faut pas non plus être scénariste à Hollywood pour le comprendre. À force de trop vouloir jouer sur les émotions, McDonald’s s’est glissée dans un piège qui s’est refermé sur elle même.

Et les internautes n’ont pas manqué de fustiger la marque sur les réseaux sociaux qui, et c’est plutôt courageux, n’a pas souhaité la supprimer certainement par peur du fameux effet Streisand dont le grand public est friand. McDonald’s s’est évidemment excusé dans un communiqué du message qui était retenu de sa publicité qui, on peut l’imaginer, n’était surement pas volontaire.

Pour ma part, je ne vois pas où sont le manque de respect, le fail ou la surexposition des sentiments. Ce spot est touchant et simple mettant en avant Mcdo : à la fois un lien social et un point commun entre le fils et le père certainement décédé…D’où mon accroche « un BadBuzz pas si évident que cela en fait »…

Ca passsse

En novembre dernier, McDonald’s lançait sa première campagne «être un bon père» pour promouvoir son service de vente à emporter en France. Accompagnée de TBWA Paris, la marque de fast food revient avec un deuxième film axé cette fois-ci sur le football et l’amitié.

Le spot de 45 secondes met en scène un jeune homme sur le point de marquer un but qui se remémore les moments où son ami, également sur le terrain est arrivé chez lui avec des repas McDonald’s. Pour le remercier d’avoir bravé vents et tempêtes, il lui offre une passe décisive plutôt que de marquer seul.

Diffusée en TV et sur le web depuis le 15 mai, cette campagne renforce le coté convivial de l’offre de vente à emporter de la chaîne de fast food. De quoi associer la commande d’un McDonald’s à l’amitié, ce qui peut générer un réflexe très porteur pour la marque.

Search et trouve

L’actrice Mindy Kaling devient l’égérie de deux nouveaux spots pensés par l’agence américaine We Are Unlimited. Mais quelle marque ces publicités promeuvent-elles ?

Si le code couleur ne vous met pas déjà la puce à l’oreille, la star dissémine quelques indices. Par exemple en vous invitant à chercher sur Google «cet endroit où le Coca-Cola est si bon».

Les résultats du moteur de recherche renvoient irrémédiablement vers McDonald’s. À la manière de Burger King, qui créait la stupeur la semaine passée en « hackant » le système de commande vocale Google Home, le géant du fast-food vante les mérites de sa marque grâce au mécanisme du search.

Mais cette fois, la démarche requiert la participation directe du spectateur. Quitte à l’inviter à se rendre sur Google en faisant l’économie de la subtilité. La campagne pose la question de l’attribution dans la publicité : doit-on nécessairement mentionner la marque pour en faire la promotion ?

Le meilleur pour la fin

Bien le bonjour en ce vendredi (passée vite cette semaine non ?) je vous propose un article tout simple : Les meilleures campagnes prints de McDonald’s. Comme d’habitude le site http://www.creapills.com est au taquet et pour celles et ceux d’entres vous qui seraient passés à côté, voici un récap des meilleurs prints pour McDo. Here we go !!!!!!!!! (Cliquez sur l’image et bonne dégustation) 🙂

Le burger qui fait peur

Vous le savez, je le sais, ils le savent : en matière de campagne de communication qui buzz Burger King a de l’imagination (et pas qu’un peu). Cette fois-ci « BK » se moque de son plus proche concurrent McDonald’s grâce à une communication très drôle et légèrement hostile…

Il était une fois dans un royaume pas si loin loin que ça  

L’histoire se déroule dans le Queens, à New-York. Ce fast-food Burger King a été entièrement déguisé en fantôme à l’approche de la fête d’Halloween.

burger-king-mcdonalds-758x569

Quelle surprise pour les clients lorsqu’ils ont découvert le packaging de leur burger, l’emballage Burger King étant recouvert d’un déguisement McDonald’s. On aperçoit alors le logo de la marque BK dans les yeux de la boite.

A l’intérieur, un mot, lorsque l’on ouvre le contenant du burger, indiquant, que «c’est une blague, et que nos burgers sont faits avec une viande cuite au grill ».

burger-king-halloween-mcdonald-fantome-2-758x407

Et cette année encore ça va le faire vous pouvez en être certain(e)s ! Perso, j’adore les campagnes de chambrage comme celle-là : ça se mange sans faim non ?

burger-king-mcdonalds_2-758x569