Troll is drôle

Ola la Gente ! Parlons aujourd’hui de farfadets, de lutins et de…trolls….L’un des comptes Twitter officiels de Netflix s’amuse et se moque du film Venom dans une courte vidéo. En reprenant la célèbre réplique “We are Venom” (Nous sommes Venom) du trailer, Netflix a parodié une publicité d’assurance.

On voit ainsi Venom dire “We are Venom” puis la vidéo coupe avec un mashup du jingle de la publicité d’assurance. Une assurance de fermiers apparemment célèbre aux Etats-Unis dont le slogan est “We are Farmers, ….Bum Badum BumBumBumBum”.

Sans titre

Ce compte Netflix est spécialisé dans tout ce qui est science fiction et fantasy. C’est donc le compte parfait pour faire ce genre de blagues. En tant que Français, la référence nous passe un peu au dessus de la tête mais c’est toujours amusant.

Le film raconte l’histoire de Venom (Eddie Brock), l’ennemi de Spider-Man, qui cherche inlassablement à se venger de l’homme-araignée qui l’a fait renvoyer du Daily Bugle. Tom Hardy, Michelle Williams, Woody Harrelson, Scott Haze, Reid Scott et Jenny Slate sont à l’affiche du film prévue en France le 10 octobre 2018.

1363911.jpg-c_300_300_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Publicités

C’est strange non ?

Welcome le monde digital : alors que le tournage de la saison 3 de la série Stranger Things est en cours, voici une nouvelle expérience pour les fans de la série des frères Duffer.

Dans l’Indiana, un labyrinthe de 8 hectares spécialement créé pour la série Netflix vient de voir le jour près de la ville de Lafayette. Grand comme 15 terrains de football, ce labyrinthe a été créé par la société Exploration Acres, spécialiste de ce genre de parcours.

StrangerThings-CornMaze01

Reprenant des visuels emblématique de la série, le labyrinthe Stranger Things propose aux visiteurs de multiples chemins qui dessinent «Eleven», le «Demogorgon» ou encore la scène de poursuite en vélos de la fin de la première saison. Le labyrinthe Stranger Things sera ouvert du 14 septembre à la fin octobre 2018. Elle est pas belle la vie ?

on met un coup de collier ?

Bien le bonjour le monde digital, question du Mardi : avez-vous déjà rêvé d’être immergé dans un jeu vidéo au point de ressentir ce que vit votre personnage ? Et bien, c’est ce que propose le AzanaBand dont la campagne crossmedia londonienne est réalisé par l’agence 4creative.

Spot télévisé diffusé sur Channel 4, les affichages dans la ville et les partenariats avec des influenceurs digitaux le laissent imaginer. Une chaîne Youtube a même été ouverte spécialement pour le produit. Tous renvoient vers un site internet, qui révèle la vraie nature de l’opération. Celui-ci n’est malheureusement pas disponible en France.

Cette fausse promo produit, en réalité campagne de teasing pour la série télévisée «Kiss Me First» est un exemple de campagne crossmedia. Le fake est poussé jusqu’au bout et seuls les spectateurs assez curieux (ou crédules) obtiendrons la véritable explication. Si le dispositif peut rappeler en terme de déploiement les actions Netflix pour Altered Carbon ou la promo de la saison 2 de Baron Noir, il reste original dans sa mécanique. Les plus nostalgiques verront également dans le collier un clin d’œil au film polémique Battle Royale.

Il ne peut en rester qu’un

25 janvier 2018, 19H30. Un mystérieux lieu éphémère ouvre ses portes à Paris, en plein coeur du 4ème arrondissement. À l’intérieur, des scientifiques vous attendent et vous proposent de transférer votre esprit dans un autre corps pour atteindre l’immortalité. Surprenant, non ? Une expérience en réalité augmentée vous permet de simuler votre futur visage, tandis qu’un sac en plastique vous permet de conserver votre corps actuel… pour ressortir finalement d’un autre sac contenant votre nouveau corps.

Ça paraît totalement surnaturel, pas vrai ? Vous vous en doutez, il s’agit d’une opération événementielle rondement bien menée et imaginée par Netflix pour mettre en avant sa nouvelle série phare de science-fiction : Altered Carbon.

Jusqu’à Jeudi, Netflix propose donc aux Parisiens de venir s’imprégner de l’ambiance de la série en testant diverses expériences dans un magasin éphémère aménagé pour l’occasion.

Pour rappel, Altered Carbon raconte l’histoire de Takeshi Kovacs, un ancien soldat et seul survivant d’un groupe de guerriers d’élite vaincus lors d’un soulèvement contre le nouvel ordre mondial. Son esprit est resté emprisonné pendant des siècles jusqu’à ce que Laurens Bancroft, un homme riche qui vit depuis plusieurs siècles, lui offre l’opportunité de vivre à nouveau. Le procédé : une technologie surprenante qui permet de transférer son esprit d’une enveloppe corporelle à une autre pour accéder à l’immortalité.

Cette nouvelle série sera donc disponible sur Netflix dès Vendredi. Si vous êtes sur Paris, vous pouvez découvrir ce lieu éphémère futuriste et intrigant au 23 rue du Roi de Sicile, qui vous plongera directement dans l’ambiance de la série… en 2384. On est pas mal non ? 🙂

Miroir..mon beau miroir…

L’incontournable série de Netflix a profité de cette fin d’année pour dévoiler sa quatrième saison et faire le bilan de 2017 à travers une vidéo de vœux des plus chaleureuses… Réalisés par l’agence B-Reel pour la plateforme de streaming, les vœux de Black Mirror juxtaposent les images des épisodes des saisons précédentes avec des images réelles de l’année de 2017. Pour un résultat final bien plus inquiétant que festif.

Le géant du streaming continue d’entretenir le mythe autour de cette série qu’il a reprise en cours de route (à partir de la saison 3, après deux saisons produites par Channel Four), Black Mirror s’avérant aussi intéressant que dérangeant. La seule série qui finalement dresse le portrait de l’avancée technologique que connaît notre époque. Tous liés de près ou de loin à l’intelligence artificielle, les épisodes de Black Mirror donnent un aperçu des technologies qui nous seront très prochainement accessibles.

De quoi soulever les questions d’ordre éthique auxquelles nous serons confrontés. Créée et contrôlée par les GAFA et les BATX, l’intelligence artificielle devient une évidence pour analyser les milliards de datas que nous produisons chaque jour. Pourtant, son développement au niveau européen reste absent des débats politiques majeurs.

T’as le look Coco…(vous l’avez ?)

Depuis quelques jours, les passants des Champs-Elysées pouvaient tomber nez à nez avec des colonnes Morris aux allures surprenantes, pour ne pas dire « stupéfiantes ». Car le stupéfiant était tout le thème de cette campagne de communication orchestrée par l’agence ubi bene pour annoncer la sortie prochaine de la saison 3 de Narcos dans le catalogue français de Netflix.

Les colonnes Morris ont donc été transformées en gigantesques sabliers à « cocaïne » s’écoulant pendant 48 heures pour symboliser le temps à attendre avant la sortie des épisodes. Depuis la prétendue drogue a fini de tomber et la nouvelle saison de Narcos est désormais disponible.

Intriguer, choquer, intéresser, voici quelques-uns des objectifs accomplis par la campagne d’ubi bene. Si l’agence garde jalousement le secret de la transformation des colonnes Morris, elle précise que son œuvre a généré près de 300 000 contacts en une semaine. Deux ans après avoir recouvert des billets de 5 euros de fausse cocaïne, Netflix fait à nouveau “parler la poudre” pour mieux promouvoir sa série dédiée aux narcotrafiquants.

Aïe Caramba !

En Septembre 2016, Netflix lançait la saison 2 de Narcos (série bilingue anglais/espagnol) au langage châtié. Pour l’occasion, l’entreprise a fait appel à l’agence We Are Social Milan et s’est associée à l’application linguistique Babbel pour lancer l’opération : Speak like a patron. Le but ? Aider les fans à comprendre la série tout en apprenant l’espagnol. Et quoi de mieux que d’avoir comme professeurs, les héros de la série eux-mêmes ?

Une opération digitale qui a enregistré  :

  • plus de 13 millions de vues,
  • 10 millions d’interactions
  • 51 millions de personnes atteintes.

La campagne a également été remporté de nombreux lions à Cannes en PR, Promo & Activation, Cyber et Direct. Un nouveau coup de maitre sur les médias sociaux de la part de Netflix, puisque la société n’a pas hésité précédemment à surfer sur des tendances social media comme les ciseaux ou le faceswap. Ce qui est un juste retour des choses, tant la pop culture alimente et inspire en premier lieux les contenus des médias sociaux.