On réchauffe un peu l’ambiance ?

Bien le bonjour le monde digital et bon début de semaine 🙂 Connaissez-vous Sean Yoro ? Plus connu sous le pseudonyme HULA, artiste originaire de Hawaï, plus précisément de l’île Oahu. Passionné de surf dès son plus jeune âge, il va rapidement s’intéresser au graffiti et au tatouage. Il s’installe alors à New York pour poursuivre sa carrière de street artiste qu’il mène depuis 2015. Il faut dire que le street art de HULA est très engagé, l’objectif de ses oeuvres est clair : sensibiliser au réchauffement climatique.

Équipé de son paddle, HULA dessine de superbes oeuvres qui représentent la plupart du temps des femmes qui se retrouvent immergées dès qu’il y a une crue. Vous l’avez compris, ses créations ont pour mission de sensibiliser aux conséquences du réchauffement climatique et plus précisément à la fonte des glaces.

Influencé par son amour de l’océan, ses oeuvres murales prennent vie sur des épaves de bateaux, des quais abandonnés et des murs oubliés. À noter que toutes ses œuvres sont réalisées à partir de peintures et de matériaux non toxiques et 100% biodégradables. Pour en savoir plus sur son art très singulier, rendez-vous sur son portfolio.

Publicités

Non mais à l’eau !

Ce n’est ni une légende urbaine, ni quelque chose qui va se produire dans 100 ans : c’est maintenant. Le monde se réchauffe, les glaces des pôles fondent ce qui va avoir des conséquences dramatiques sur l’humanité.

C’est pourquoi l’artiste italien Lorenzo Quinn a eu l’idée, pour la Biennale de Venise en 2017 de créer une oeuvre artistique très intelligente et très marquante. Deux immenses mains sortent de l’eau et semblent soutenir les murs d’un bâtiment dans la ville de Venise.

Si la Biennale est une fondation qui organise des événements (manifestations d’art contemporain, d’architecture, de cinéma, …) elle n’en est pas moins l’opportunité pour les artistes de faire passer un message.

Venise est une ville menacée par la montée des eaux, conséquence directe du réchauffement climatique. Et si rien n’est fait, cette ville deviendra inhabitable dans quelques décennies.

Si bien que les autorités ont lancé le projet MOSE (Module Expérimental Electromécanique) qui a pour ambition de restructurer les fondations principales de la ville. Coût total du projet : 5,5 milliards d’euros. Ok c’est unnnnnnn peu cher mais le monde pourrait-il se passer de Venise ? Venise sera-t-elle la nouvelle Atlandide ?

Saviez-vous que ..?

Bon début de semaine et bonnes vacances si vous êtes en plein dedans !!! Saviez-vous que depuis 1961, la WWF utilise son panda iconique en guise de logo et également de porte-étendard de toutes ses opérations en faveur de l’écologie et des espèces animales. Mais ce logo a-t-il vraiment encore du sens aujourd’hui ?

En septembre dernier

l’International Union for Conversation of Nature révélait que le panda géant n’était plus une espèce menacée d’extinction. Ce n’est malheureusement pas le cas des ours polaires, qui sont en grave danger à cause du réchauffement climatique. La principale cause : l’activité humaine qui réchauffe la planète et fait fondre les glaciers dans les zones polaires.

logo-panda-ours-polaire-wwf-2

Du coup au Royaume-Uni

l’agence Grey a eu l’idée d’offrir un nouveau logo à la WWF. L’idée est simple : faire disparaître le traditionnel panda géant pour le transformer en ours polaire, dont on ne voit plus que les yeux pour symboliser sa disparition. Reste à savoir si la WWF va effectivement utiliser ce logo… Mais l’idée reste malgré tout excellente.

Winter Is Not Coming

Avec la COP 21 qui vient de se terminer j’espère que le monde a bien prit conscience qu’il fallait faire bouger les choses concernant le réchauffement climatique. Comment faire pour que le message passe auprès du plus grand nombre ? Se servir de « LA » série TV du moment. Avec la campagne « Winter Is Not Coming », qui détourne la série Game of Thrones, l’OING GreenPeace invite chacun à se mobiliser sur la question du dérèglement climatique. Le message est clair et efficace non ?

Le réchauffement climatique ça m’fait fondre…

Bonjour tout le monde ! Aujourd’hui c’est l’anniversaire de Mac Lessgy (E=M6)…et ça tombe bien : du coup j’en profite pour vous parler d’un phénomène scientifique dont vous êtes au courant : le réchauffement climatique…. Voici une autre façon de sensibiliser la population et pour cela direction l’Italie.

Le Gentle Giants Studio a designé une gamme de bougies dont l’objectif est de sensibiliser au phénomène de réchauffement climatique.

Cette gamme, baptisée Bergy Bit, met en avant trois types de »bougies-iceberg » qui dégagent des odeurs de bergamote, mandarine ou encore bambou vert. Lorsqu’elles sont allumées, les bougies constituées de cire vont bien évidemment fondre petit à petit. Le mini icerberg de cire fondant n’est alors pas sans nous rappeler la fonte des neiges dans les régions polaires du globe…simple et efficace non ?

thumb_16743_slideshow_single

thumb_16744_slideshow_single