On va droit dans le mur

Welcome le monde digital. Saviez-vous que durant le premier semestre 2016, 2 861 personnes sont décédées au Brésil, dans la ville de Sao Paulo, des suites d’un accident de la route. Pour sensibiliser à ce terrible phénomène, l’agence Momm a eu l’idée de mettre au point un affichage original.

L’idée : créer un affichage volontairement froissé

Pour sensibiliser aux accidents de la route. Lorsque les différents acteurs veulent sensibiliser sur la conduite, le nombre de morts chaque année ou les choses à ne pas faire au volant, en règle générale le ton est sobre voir morbide. On voit des clips avec des morts, les conséquences que peuvent avoir les accidents voir on nous montre des gens qui sont morts.

affichage-froisse-accidents-route-3

affichage-froisse-accidents-route-4 affichage-froisse-accidents-route-5

affichage-froisse-accidents-route-6

affichage-froisse-accidents-route-7

C’est là où je trouve que cette campagne est originale et intéressante car le visuel parle de lui-même sans pour autant nous plonger dans une ambiance glauque et avec un visuel « simpliste » comme celui-là tout est dit. Simple et efficace non ?

Publicités

On the radio whoa oh oh

Nous sommes le mardi 7 Juin : bonjour !!!! Radio 21 lance une initiative originale en soutien à la sécurité routière. C’est un pari osé pour sensibiliser le public qui risque d’agacer certains cyclistes. En Roumanie, les accidents liés à ce phénomène ont triplé ces 6 dernières années. La campagne “Go Mono” est une initiative prise par la station Radio 21.

Conçue par MCCANN de Bucarest, la campagne mise sur un concept un peu osé, mais qui garantit un peu de sécurité sur la route. En écoutant Radio 21, vous devez enlever un écouteur. Pourquoi ? Car l’écouteur droit ne diffusera pas le même son que l’écouteur gauche. De nombreux artistes roumains se sont joints à la campagne en remixant leurs musiques pour la campagne.

Pour en parler avec des copains en radio l’idée est jugée bonne et de mon côté il me semble assez sympa ce concept non ?

C’est mortel non ?

Welcome le web : régulièrement dans les médias on peut voir des campagne de sécurité routière nous incitant à ne pas boire, ne pas textoter au volant et à respecter les limitations de vites. Ca vous tente de voir l’opposé ? La société Watham Funeral Home incite les conducteurs à rédiger des textos en conduisant. Cette boutique n’existe pas, elle est issue de l’imagination pour une campagne signée par l’agence canadienne John St. qui invite ses compatriotes à ne pas utiliser leur smartphone au volant.Y’a pas à dire ce spot tient la route 😉

Gaston y’a le téléphone qui son

Consulter son téléphone portable ou taper un SMS au volant multiplie le risque d’accident par 23 selon une étude américaine. Pour lutter contre ce fléau, largement répandu à travers le monde, l’agence nationale des transports de Nouvelle-Zélande a décidé de lancer une campagne, principalement à destination des jeunes conducteurs. Le spot met en scène quatre conducteurs tentés d’attraper leur mobile. Chaque fois, le passager avant l’en empêche en lui tendant la main, générant des situations pour le moins cocasses.

L’écriture d’un SMS, soit 5 secondes de temps suffisent pour parcourir 180 mètres en aveugle et perdre le contrôle, rappelle régulièrement la sécurité routière française.l’agence nationale néo-zélandaise des transports explique : « Même si le public que nous visons utilise régulièrement son mobile, il sait aussi évaluer les moments où cela est mal vu socialement comme un premier rendez-vous ou au théâtre… Notre campagne vise à rendre l’utilisation du portable au volant aussi inacceptable socialement en mettant en avant le ressenti des passagers ».

C’est dans la boîte !

« Quand on tient à quelqu’un, on le retient ». La Sécurité routière a dévoilé sa nouvelle campagne publicitaire qui tombe à point nommé à l’approche des fêtes. Et pour convaincre les téléspectateurs de ne pas conduire en état d’ébriété, elle a commandé deux spots télé et fait appel à huit animateurs des groupes TF1, Canal+, France Télévisons et M6.

Dans le premier spot, Stéphane Rotenberg, Laurence Ferrari, Sandrine Quétier et Michel Cymès se retrouvent invités à un « dîner-petit déjeuner », une idée originale qui consiste à rester dormir et à profiter du café et des croissants le lendemain en cas de dîner trop arrosé. « Profitez bien de vos proches mais si vous les recevez et qu’ils ont trop bu, il ne faut pas les laisser repartir », expliquent ainsi Sandrine Quétier, Stéphane Rotenberg et Michel Cymès. Laurence Ferrari, elle, ne reste pas dormir mais rappelle le slogan de cette opération. Dans le second, une « boîte à clés » a été mise en place pour le dîner, et chacun des convives devra souffler dans un alcootest afin de pouvoir les récupérer avant de partir.

Imaginés par Carat et The Story Lab et mis en boîte par TF1 Production, ces deux spots sont diffusés depuis hier et tourneront sur dix chaînes jusqu’au 31 décembre prochain, tandis que des spots radios ont été enregistrés par 18 animateurs, dont Jean-Pierre Foucault, Vincent Cerutti, Laurent Ruquier, Julien Courbet, Elodie Gossuin ou encore Guillaume Pley et Camille Combal.

« Car j’étais sur la route »

Après une hausse du nombre de blessés et de tués sur les routes françaises cet été, les chiffres ont de nouveau diminué en septembre. Selon l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, 262 personnes ont péri sur les routes en cette rentrée, des chiffres en baisse de plus de 17% par rapport à septembre 2014. C’est le plus faible chiffre depuis 10 ans. Dans le monde, la situation est plus grave. Plus de 500 enfants meurent chaque jour des suites d’un accident de voiture. C’est même la première cause de mortalité chez les jeunes âgés de 15 à 29 ans.

Pour maintenir la vigilance et communiquer sur une pétition en ligne, la Fédération internationale de l’automobile (FIA) a embauché le réalisateur Luc Besson pour signer une campagne de sensibilisation choc. Dans le film « Save Kids Lives », le réalisateur du « Grand Bleu », de « Nikita » et du « Cinquième Élément » suit deux groupes d’enfants qui se rendent à l’école avec leur cartable sur le dos : un groupe est dans les rues de Paris et l’autre dans celles d’un village en Afrique.

A la fin de son film de trois minutes, le réalisateur propose des images de vrais accidents de la route qui impliquent des enfants, filmées par des caméras de surveillance. Des images difficilement soutenables qui participent à rendre le message de ce film on ne peut plus efficace…On pourra produire tous les films que l’on veut il n’en reste pas moins que l’on se doit d’être prudent(e) sur les routes..